Développement de la microscopie TIRF exaltée pour l’étude de la dynamique d’assemblages viraux en molécules uniques

(English version can be found at the link provided below)

 

La membrane plasmique est la porte d’entrée ou de sortie de nombreux agents pathogènes intracellulaires (bactéries, virus). Ces processus ont une temporalité précise et ils sont régulés spatialement à l’échelle de quelques molécules. Des méthodes récentes de microscopie optique ont permis de mesurer la dynamique et la localisation de ces molécules au niveau de la membrane de cellules hôtes vivantes, ce qui a fortement contribué à la compréhension de ces mécanismes. Parmi ces méthodes de microscopie optique, les microscopies d’excitation à champ évanescent (telles que la microscopie TIRF) ont été mises en œuvre de manière multimodale au cours de la dernière décennie, soit en analysant les fluctuations temporelles de ces molécules (Im-FCS), soit en utilisant une approche super-résolution combinée à l’analyse de trajectoires de molécules uniques (spt-PALM). Cependant, ces méthodes souffrent de leur faible sensibilité.
L’objectif principal de cette thèse est d’améliorer considérablement cette sensibilité afin de localiser et de suivre ces molécules avec une grande précision spatiale et temporelle. Pour ce faire, nous utiliserons des empilement diélectriques résonantes. L’amélioration du champ local induite par l’empilement permettra une forte augmentation de cette sensibilité sur toute la surface de la cellule et donc une amélioration de la précision de pointage (~ 10 nm) ou de la résolution temporelle (<1 ms) du mouvement de ces molécules. Cette excitation renforcée ouvrira de nouvelles perspectives non seulement pour le suivi des assemblages viraux dans la cellule au niveau de la molécule unique, mais également pour de nombreuses autres applications.
Cette thèse est une thèse interdisciplinaire dirigée par un physicien expérimentateur (Aude Lereu / Institut Fresnel) et un biophysicien / biologistes (Cyril Favard / IRIM). Le poste est financé pour trois ans (36 mois) par le CNRS. Le CNRS est un employeur garantissant l’égalité des chances et soutient l’égalité des sexes.
Nous recherchons un excellent candidat hautement motivé possédant une solide expérience en physique générale, en optique et en microscopie, un engagement pour les applications technologiques et un fort intérêt pour la compréhension des mécanismes moléculaires intervenant en biologie cellulaire / virologie. Pour ce poste, le candidat devrait être enthousiasmé par un travail dans un environnement interdisciplinaire collaboratif. Les compétences en programmation (Python, Java, C++) ou d’utilisation d’outils numériques constitueront une valeur ajoutée. Le/La candidat(e) sera principalement basé(e) à Marseille pour les 6/8 premiers mois du contrat, puis déménagera à Montpellier au cours des 28/30 derniers mois. Si votre profil correspond à la description, veuillez envoyer votre candidature avec tous les documents (lettre de motivation, CV et coordonnées)

 

 

Pour postuler à ce poste veuillez visiter bit.ly.